10.png

Pierre-André Doucet
piano
pierreadre-highres--5.jpg

Reconnu pour la vivacité de ses paysages sonores et l’inventivité de ses textes, le pianiste et écrivain Pierre-André Doucet est l’une des voix principales de la nouvelle génération d’artistes canadiens.

 

Il a été salué pour « l’émotion de son jeu et son contrôle impeccable » (Audiophilia), et a été nommé par CBC Radio 2 comme étant l’un des meilleurs musiciens canadiens sous l’âge de 30 ans. Dernièrement, il s’est produit au Canada, en Afrique du Sud, en Europe et aux États-Unis, ainsi qu’un peu partout en Asie, en Europe et dans le Pacifique Sud en tant qu’artiste de Lincoln Center Stage, à bord de navires de Holland America Line. Plusieurs de ses prestations ont été diffusées aux ondes de Radio-Canada, CBC Radio et NPR.

 

Gagnant du Concours de musique Knigge, ainsi que du Concours de musique national Eckhardt-Gramatté (avec la soprano Alexandra Smither), Mr. Doucet a aussi été récompensé pour ses performances de musique contemporaine, notamment au Prix d’Europe et au Concours de piano international d’Ibiza. Mr. Doucet est également l'auteur primé de Des dick pics sous les étoiles (2020) et de Sorta comme si on était déjà là (2012), tous deux parus aux Éditions Prise de parole. Il a aussi signé des textes pour Ancrages, Impossible Archetypes et Voix plurielles.

 

M. Doucet détient un doctorat en interprétation du piano de l’Université de Montréal, où il a étudié avec Maneli Pirzadeh, et où il a également été professeur invité. De plus, il a bénéficié de classes de maitres au Franz-Schubert-Institut, au Festival de piano international de Gijón, à Songfest, à la Music Academy of the West, et au Tanglewood Music Center, auprès de sommités telles Elly Ameling, Julius Drake, Margo Garrett, Marilyn Horne, Graham Johnson, Warren Jones, Kiri Te Kanawa, Martin Katz, Robert MacDonald, Dawn Upshaw et Roger Vignoles. Il est présentement le directeur général par intérim du Festival Frye, et aux côtés du pianiste Julien LeBlanc, il est co-directeur artistique de l’Été musical de Barachois depuis 2012.

 
6.png

Charles Richard-Hamelin
piano
01 -CharlesRichardHamelin 2018_credit ElizabethDelage.jpg

Charles Richard-Hamelin s’impose sur la scène musicale internationale comme un pianiste « hautement sensible » (Gramophone), animé par « une grande profondeur de sentiments sans la moindre condescendance » (Le Devoir). Il est reconnu comme un interprète « polyvalent, multidimensionnel et d’un lyrisme séduisant, un technicien d’une élégance et d’une sophistication exceptionnelles » (BBC Music Magazine).

Il a notamment reçu, en 2015, la Médaille d’argent au Concours international de piano Frédéric-Chopin à Varsovie et le prix Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate. Il a aussi remporté le deuxième prix au Concours musical international de Montréal ainsi que le troisième prix et le prix spécial pour la meilleure interprétation d’une sonate de Beethoven au Seoul International Music Competition, en Corée du Sud.

Charles Richard-Hamelin est un invité recherché des plus grands festivals de musique classique et orchestres. Sur disque, on doit à Charles Richard-Hamelin neuf albums, tous parus sous étiquette Analekta. Sa plus récente collaboration avec Les Violons du Roy a mené à la parution d’un album Mozart (concertos pour piano no 22 et 24) sous la direction de Jonathan Cohen. L’ensemble de ces enregistrements a reçu des prix et un accueil enthousiaste des plus grands critiques musicaux. En 2021 paraissaient le deuxième volume de son intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven avec Andrew Wan, ainsi qu’un nouveau récital Chopin, présentant les 24 Préludes, l’Andante spianato et la Grande polonaise brillante.

 
3.png

Jacques Saint-Cyr
flûte
39 Jacques Saint-Cyr.jpg

Originaire de Caraquet, Jacques Saint-Cyr détient une maîtrise en Interprétation de l’Université de Montréal sous la direction de Lise Daoust et un baccalauréat en enseignement de la musique de l'UQAM. Deux fois boursier du gouvernement français, il se perfectionne à Paris auprès du flûtiste Raymond Guiot et étudie la flûte baroque avec Jean-Christophe Frish.

C’est à son retour de France qu’il s’initie à la danse. Très vite, le tango devient une seconde passion. Tout en poursuivant sa carrière de musicien classique, il étudie le tango avec des professeurs montréalais et argentins. De 1996 à 2003, Jacques Saint-Cyr a enseigné, dansé et choréographié à la Tanguería de Montréal. Avec son épouse Maria Castello, il collabore depuis 1994 à des spectacles de danse comtemporaine et de tango. En 1997, ils créaient It Takes Three to Tango, un spectacle de danse et de musique inspiré par l’histoire du tango argentin de ses origines à aujourd’hui. Ils ont produit leur spectacle dans plusieurs villes canadiennes et américaines.

En septembre 2003, Jacques s’établit à Rockford, dans l’Illinois, où il poursuit sa carrière de musicien et de danseur. Il s’y produit en tant que soliste et en musique de chambre ansi que dans des ensembles de jazz. Il enseigne la flûte au Music Academy de Rockford, et est professeur surnuméraire au Rock Valley College et à la Rockford University.

 
8.png

Dominic Painchaud
violoncelle
Dominic-Painchaud-02-©marcographie 11 décembre 2019.jpg

Musicien très polyvalent, Dominic Painchaud a obtenu une maîtrise en interprétation de l’École de musique Schulich de l’Université McGill ainsi que le Prix du Conservatoire de Musique du Québec en violoncelle et en musique de chambre. Il a obtenu des bourses pour se perfectionner à l’Académie du Domaine Forget, le Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud, l’Accademia Musicale Chigiana en Italie, le Toronto Summer Music Festival et l’Université Mozarteum en Autriche. En plus des professeurs qu’il a eu au long de son parcours d’étudiant, Pierre Morin, Leslie Sneider, Étienne Péclard et Matt Haimovitz, Dominic a aussi profité des enseignements de maîtres renommés tels que Walter Joachim, Timothy Eddy, Desmond Hoebig, Roland Pidoux, Philippe Muller et Antonio Meneses.

Reconnu pour son jeu chaleureux et expressif, il se produit régulièrement comme soliste, chambriste et au sein d’orchestres tels que les Violons du Roy, l’Orchestre symphonique de Québec et l’Orchestre Classique de Montréal. Il a travaillé sur des concerts captés entre autres par medici.tv et Radio-Canada. Il multiplie aussi les collaborations avec des artistes reconnus tels que Nathalie Choquette, Gino Quilico, Alexandre Da Costa, Charles Richard-Hamelin, Marie-Josée Lord, etc. Lauréat de plusieurs concours canadiens, il compte aussi une nomination aux Grammy Awards pour l’album Meeting of the Spirits, enregistré avec le groupe Uccello fondé par son professeur Matt Haimovitz. Ensemble, ils ont effectué des tournées aux État-Unis, incluant une prestation au prestigieux festival SXSW

 
4.png

Julien LeBlanc
piano
Julien_LeBlance_Headshots_004_edited.jpg

Virtuose à l'enthousiasme contagieux, le pianiste canadien Julien LeBlanc est reconnu pour sa grande sensibilité musicale et ses dons de communicateur. Basé à Montréal, il est très actif sur la scène musicale canadienne comme soliste, chambriste et accompagnateur.

 

En 2015, il lance son premier album solo, « Mélancolies », dédié à la musique de Dutilleux, Franck et Poulenc, ce qui lui a valu de nombreuses critiques élogieuses : « LeBlanc se démarque comme un interprète plus que capable, il joue avec chaleur, clarté et un lyrisme fluide, le tout avec un sens du rythme naturel. » (Rutland Herald);  « Il maîtrise chaque tour et détour avec brio, son phrasé est analytique, et sa brillante technique le met dans une classe à part… son interprétation est toujours vraie, jouée avec attention, et pleine de chaleur. »  (La Scena Musicale). Julien LeBlanc a également enregistré deux albums avec le Trio Arkaède, et il a lancé un nouvel album de mélodies françaises et espagnoles avec la soprano Marianne Lambert en mai 2020. 

 

Depuis 2012, Julien LeBlanc partage la direction artistique de l’Été musical de Barachois avec Pierre-André Doucet. Il a participé à plusieurs tournées au Canada pour les Jeunesses Musicales du Canada et Début Atlantique. Julien LeBlanc est chargé de cours à l’Université d’Ottawa, et il a donné plusieurs cours de maître un peu partout au Canada, en plus d'être régulièrement invité pour siéger sur les jurys de concours de musique. 

 
5.png

Kirsten Leblanc
soprano
Kirsten Leblanc.jpg

Décrite comme une « grande révélation vocale » (Le Devoir), on reconnait la soprano canadienne Kirsten LeBlanc pour sa voix ample et sa présence scénique habitée. Elle est actuellement membre de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal et a récemment obtenu son doctorat en interprétation à l'Université de Montréal, après avoir déjà complété une maîtrise en interprétation vocale et lyrique de l'Université McGill.

Lors de la saison 2021-2022 à l'Opéra de Montréal, Kirsten a fait ses débuts sur la scène principale en tant que Zweite Dame dans Die Zauberflöte. D’autres engagements récents incluent les doublures de Tatyana (Eugene Onegin) et La femme (La voix humaine) avec l’Opéra de Montréal, Contessa Almaviva (Le nozze di Figaro) avec L’Atelier lyrique, Elettra (Idomeneo), Fiordiligi (Così fan tutte), Helena (A Midsummer Night's Dream) et La bergère et L'écureuil (L'enfant et les sortilèges) à l'Université de Montréal, Nella (Gianni Schicchi) avec l'Institut canadien d'art vocal et Hanna Glawari (The Merry Widow) avec McGill Savoy Society.

Dotée d'un riche bagage musical, Kirsten se distingue par un savoir-faire raffiné qui lui a permis de se lancer dans une carrière florissante. Elle travaille notamment avec l'Opéra de Montréal, l'Orchestre métropolitain, l'Orchestre de l'Agora, l’Orchestre symphonique de Laval, et l’Orchestre symphonique de Drummondville et s’est perfectionnée au Highlands Opera Studio, à l'ICAV-CVAI ainsi qu'au Halifax Summer Opera Festival. Elle a été récipiendaire des bourses Abbé Charles-Émile Gadbois et George-Cedric Ferguson et en 2019, a été finaliste de l'Ensemble Studio Competition du Canadian Opera Company.

 
1.png

Duo Beija-Flor
Marie-Noëlle Choquette, flûte | Charles Hobson, guitare
Duo_Beija_Flor_05.jpg

Le Duo Beija-Flor présente une musique classique aux inspirations folkloriques du monde avec un « jeu superbe, des
programmes variés et des rythmes contagieux » (The Whole Note, Toronto). Composé de la flûtiste Marie-Noëlle
Choquette et du guitariste Charles Hobson, le duo s’est produit en concert au Canada, aux États-Unis, en Argentine et au Costa Rica.

Après avoir auto-produit deux albums, le duo a lancé à l’automne 2018 son troisième opus, Costas,
sous l’étiquette américaine Big Round Records/Naxos of America. Il a été l’artiste invité de différents médias pour son
unique choix de répertoire classique (Radio-Canada, CIBL, Global TV).

Récipiendaire de plusieurs prix et bourses, il a été
sélectionné en 2021 pour participer au programme Evolution:Classical du Centre d’Arts de Banff sous la direction du Gryphon Trio et a fait partie des artistes de Prairie Debut lors des saisons 2020-22. Formant une « équipe incroyablement dynamique et créative » (The Flute View, San Francisco) le duo a arrangé plusieurs oeuvres, entre autres des fados portugais et une version tzigane des Danses populaires roumaines de Béla Bartok. Il est aussi
allé à Buenos Aires pour perfectionner ses arrangements et son interprétation d'oeuvres d’Astor Piazzolla.

Toujours en quête de nouveau répertoire, le Duo Beija-Flor a collaboré avec différent.es compositeur.rices canadien.nes pour créer de nouvelles oeuvres, dont Roddy Ellias, Carmen Braden et Sylvain Picard.

 
2.png

Elinor Frey
violoncelle
ElinorFrey_20211202_portrait3028_carre.jpg

Elinor Frey est une violoncelliste, gambiste et chercheuse canado-américaine. Ses enregistrements sur l'étiquette belge Passacaille et l'étiquette canadienne Analekta – la plupart des premières mondiales – sont le fruit de longues collaborations avec des artistes tels que Suzie LeBlanc, Marc Vanscheeuwijck et Lorenzo Ghielmi, ainsi qu'avec des compositeurs tels que Maxime McKinley, Linda Catlin Smith et Lisa Streich. Elinor Frey est lauréate d’un Diapason d’Or pour son enregistrement des sonates de Giuseppe Clemente Dall’Abaco, et ses éditions critiques des œuvres pour violoncelle de Dall’Abaco sont publiées en collaboration avec les éditions Walhall.

Elinor est la directrice artistique de l’ensemble Accademia de’ Dissonanti et au cours des dernières saisons, elle s’est produite dans toute l'Amérique et en Europe en récital et avec de nombreux ensembles de musique de chambre et orchestres (Pallade Musica, Constantinople, Les idées heureuses, Il Gardellino, Tafelmusik, etc.). La saison 2021-2022 comprend le Concerto en la mineur de CPE Bach avec le Pacific Baroque Orchestra, le Triple Concerto de Beethoven avec Galileo, un récital à Amuz (Anvers) et une résidence de recherche à l'Institut Orpheus (Gand). Son nouvel album “Concertos italiens baroques pour violoncelle”, une collaboration avec l'orchestre Rosa Barocca, est paru en avril 2022.

Lauréate du prix Opus de l’interprète de l’année en 2021, Elinor Frey a entre autres bénéficié de la bourse US-Italy Fulbright Fellowship ainsi que de bourses du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) et du Conseil des arts du Canada lui permettant de poursuivre ses travaux sur la musique ancienne pour violoncelle. Elinor Frey a obtenu un doctorat en musique de l’Université McGill et est également diplômée du Mannes College of Music et de la Juilliard School. Elle est professeure de violoncelle baroque à l’Université de Montréal, chargée de cours à l’Université McGill et chercheuse invitée en musique (2020-2023) à Lady Margaret Hall, Université d’Oxford.

 
9.png

Kristee Haney
mezzo-soprano
Kristee Haney (Smaller Version)-4.jpg

Acclamée pour son "timbre velouté et riche" qui est "sombre et séducteur", la mezzo-soprano Kristee Haney s'est récemment produite au Metropolitan Opera dans Jenůfa (Janáček), ainsi que dans Werther (Massenet).

Son répertoire aventureux et versatile comprend des rôles baroques et romantiques, des opéra contemporains, des standards du jazz et du théâtre musical. Elle s'est produite avec le New York City Opera dans des tournées européennes et nord-américaines de Carmen (Bizet), ainsi que dans la première américaine de Brokeback Mountain (Wuorinen). En 2021-2022, elle chantait dans The Garden of the Finzi-Continis (Ricky Ian Gordon) au New York City Opera, en plus de lancer son premier album solo, Echos.

Parmi ses succès sur la scène opératique, on compte le rôle-titre dans Carmen (Bizet) avec le New York City Opera, The Fox dans The Little Prince (Portman) avec Tulsa Opera, les rôles-titres dans Cendrillon (Massenet) au Siena Musica Festival et dans Giulio Cesare (Händel) au Trentino Music Festival, ainsi que des performances avec le Lyric Opera of Kansas dans La traviata (Verdi), La flûte enchantée (Mozart), et Nixon in China (Adams), entre autres. Elle a aussi chanté Maddalena dans Rigoletto (Verdi) avec Union Avenue Opera, ainsi qu'Elizabeth Proctor dans The Crucible avec Rimrock Opera.

En plus de ses importants rôles opératiques, elle profite d'une carrière de concerts et de musique populaire chargée. Sur scène, elle a chanté à Carnegie Hall dans la Messe de coronation (Mozart), Fern Hill (Corigliano) et la Messe Lord Nelson (Haydn). En oratorio, elle a été soliste avec le New York City Chamber Orchestre, le Boston Early Music Festival, le Kansas City Baroque Consortium, le Spoleto Festival USA, et les Orpheus Chamber Singers, entre autres.

Également à l'aise en théâtre musical, Mme Haney a séduit le public et la critique en jouant Mrs. Lovett (Sweeney Todd), Maria (The Sound of Music), et Countess Charlotte Malcolm (A Little Night Music). En tant que stagiaire à la Music Academy of the West, elle a travaillé avec la légendaire comédienne Carol Burnett sur des extraits de Company, de Stephen Sondheim.

Mme Haney a déjà été membre du Resident Artist Program du Lyric Opera of Kansas City, où elle a chanté dans The Rake’s Progress, Trouble in Tahiti, Norma, et Così fan tutte. Elle habite présentement New York.

 
7.png

Nathalie Paulin
soprano
ac68a5d9.jpeg

La soprano Nathalie Paulin s'est imposée en tant qu'artiste de premier rang en Amérique du Nord, en Europe et en Extrême-Orient comme une interprète de tout premier ordre. Lauréate
d'un prix Dora Mavor Moore à Toronto pour l'excellence en opéra, elle a collaboré avec des chefs de réputation internationale tels Kent Nagano, Yannick Nézet-Séguin, Bernard Labadie et Mario Bernardi.

La presse à son égard s'est montrée élogieuse. Du Chicago Tribune, John van Rhein note: "Paulin en particulier est une révélation; sa voix riche et agile possède une séduisante profondeur, et sa présence scénique rayonne d’un charme sensuel,” tandis que Renaud Machart du quotidien français Le Monde, écrit: "Nathalie Paulin (fut) impeccable de diction, de
musicalité et de style.” Charles T. Downey, du Washington Post, observe: “La voix de Nathalie Paulin a muri, et tout en conservant toutes ses belles qualités, elle a gagné richesse et autorité, ceci marié à une présence scénique magnétique.”

Fréquemment à l’antenne de Radio-Canada et de la CBC, Nathalie fut lauréate du Concours de l’Orchestre symphonique de Montréal et reçut prix et récompenses de la George London
Foundation, de la Young Mozart Singers’ Competition et du Concours de Musique du Canada. Ancienne membre de la Canadian Opera Company’s Ensemble Studio, elle a chanté avec maintes compagnies d’opéra, incluant l’Opéra de Montréal; la Canadian Opera Company; Vancouver Opera et The Dallas Opera; ainsi qu’avec des orchestres tels l’Orchestre du Centre National des Arts; Tafelmusik; Rotterdam Philharmonic; et les orchestres symphoniques de Montréal, Toronto, Seattle et Vancouver.

Nathalie est professeur à la faculté de musique de l’Université de Toronto.

 
10.png

Phoebe Robertson
flûte
Phoebe Robertsonv2-5.jpg

Phoebe Robertson est professeure adjointe de flûte traversière à Arkansas Tech University. Ses prestations solo et orchestrales l’ont menée au Concertgebouw d’Amsterdam et à l’Elbphilharmonie de Hambourg, ainsi qu’à des salles partout en Amérique du Nord. Elle a joué comme soliste avec, entre autres, l’Orchestre du Centre National des Arts, la Philharmonie Carnegie-Mellon, et Symphonie Nouveau-Brunswick. Également à l'aise dans la musique contemporaine que dans le répertoire standard, elle a donné plusieurs premières d'œuvres de flûte solo et de flûte avec sons électroniques, y compris un récital de créations par des membres du Tesselat Composers Collective.

Phoebe a enseigné la flûte traversière au Manhattan School of Music, à l’Université Mount-Allison, et au Gould Academy, et elle a donné des cours de maître dans des universités, conservatoires, festivals, et programmes d’arts à travers l’Amérique du Nord. Elle est également une écrivaine recherchée de notes de programme pour des orchestres à travers le nord-est des États-Unis, rendant les concerts plus accessibles pour un public avec une large variété d’expériences musicales.

Originaire de Sackville, au Nouveau-Brunswick, Phoebe a mérité un doctorat en arts musicaux au Manhattan School of Music sous la direction de Linda Chesis et de Robert Langevin. Elle détient une maîtrise en musique de l’Université Carnegie-Mellon (comme étudiante de Lorna McGhee) et un baccalauréat en musique de l’Université d’Ottawa (comme étudiante de Camille Churchfield). Ses études ont été généreusement soutenues par la Fondation Sylva-Gelber, la Fondation O’Brien, la Fondation Charlotte-Glencross, et le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick.

 
2.png

SHHH!!
Zac Pulak, percussions | Edana Higham, piano
SHH!! photo.JPG

“SHHH!!… un geste puissant cherchant à commander l'attention... permettre de l'espace et une prise de conscience... ouvrir les oreilles à quelque chose d'important."

Le percussionniste Zac Pulak et la pianiste Edana Higham sont les membres de SHHH!! Ensemble, un duo qui se taille une place en tant qu'interprètes convaincants, collaborateurs, et commissaires de nouvelle musique canadienne électrisante. Un goût de l'expérimentation et de la découverte guide leurs projets "avant-accessibles", qu'ils ont travaillé au Banff Centre for the Arts and Creativity, à la Lunenburg Academy of Music Performance, et au Centre de musique canadienne, et qui les a mené à des performances au Tuckamore Festival, à l'Ottawa Chamberfest, ainsi qu'au Centre national des arts.

Ils se sont produits partout au Canada, célébrant et interprétant des oeuvres de compositeur.rices émergent.es et établi.es tel.les Jocelyn Morlock, Kelly-Marie Murphy, John Beckwith, Monica Pearce, Daniel Mehdizadeh et Mari Alice Conrad. Leurs débuts à Toronto dans le cadre de la série Music Mondays ont été diffusés sur In Concert, aux ondes de CBC Radio 2.

En 2023, SHHH!! Ensemble présentera la création de Machines, Mannequins, and Monsters avec le Winnipeg Symphony Orchestra, une oeuvre de Kelly-Marie Murphy écrite pour l'ensemble. Ils seront aussi présents à la Biennale Walter Boudreau de la SMCQ à Montréal. De plus, en tant que co-directeurs artistique d'Ottawa New Music Creators, Zac et Edana aiment présenter des performances d'artistes canadien.nes et internationaux.les à Ottawa, où ils résident. Ils sont aussi très enthousiasmés à l'idée de lancer leur premier album, Meanwhile, sur Analekta plus tard cette année.

Lorsqu'ils ne bûchent pas sur de la nouvelle musique, le duo aime bien passer ses temps libres dans des randonnées et au ski.

 
9.png

Ensemble Nava

 
IMG_20211226_233250_931.jpg

Mohammad, who came to Halifax, NS in 2017, is a musician and ethnomusicologist originally from Iran, where he graduated with a BA in Music and an MA in Ethnomusicology, as well as an accounting degree and an MBA. He is a multi-instrumentalist (Tar, Setar, Dotar, Daff and Robab) and his composition and performance are focused on the music of Middle East and Central Asia.

Mohammad has traveled internationally, researching the music of each country he has visited and collecting more than 60 different and unusual musical instruments. His aim is to establish Canada’s first music museum in Halifax, and he has taken the first step towards that goal with the World Music Museum, a registered non-profit with a board of seven well-known musicians and businessmen from the area.

Within just a few months of his arrival in Canada, Mohammad and his friends had formed Open Borders, a group of 30 international musicians. In the last two years he has organized three concerts with Open Borders, performing global music and as well as his own compositions. He also founded a second group, Tillit.

He and his bands have played in various venues including the Jazz Festival, Obey Festival, Upstream, Multicultural Festival, Feast Festival, and in the Iranian and Indian Festivals. He has also performed with the Rumi ensemble throughout Nova Scotia. And he has resurrected the idea of live music during silent movies, collaborating with both Dalhousie and Kings Universities.

In addition to performance, composition, and arranging, Mohammad also teaches and holds master classes and workshops about the music of various countries.

 
5.png

Dominic Desautels
clarinette | clarinet
dominic-desautels-photo-by-pierre-etienne-bergeron-2-web.jpg

Clarinette solo à l’orchestre du Canadian Opera Company de Toronto, Dominic Desautels est un musicien en grande demande en tant que soliste et chambriste, au pays ainsi qu’à l’international.

Professeur Adjoint de clarinette à l’Université de Toronto, il est de plus clarinette solo à Hamilton Philharmonic Orchestra. Il occupe auparavant le poste de clarinette solo à l’un des plus importants orchestres en Amérique du Sud, l’Orquestra Filarmônica de Minas Gerais au Brésil (2008 à 2012), puis ensuite à Symphony Nova Scotia à Halifax (2012 à 2017).


Il est artiste invité à de nombreux festivals de musique à travers les Amériques, en particulier et ce depuis plusieurs années, à Scotia Festival of Music où il partage la scène avec de grands musiciens du monde entier.

Dominic débute l’étude de la clarinette à l’âge de 15 ans, puis à 21 ans fait son début en tant que soliste avec le Toronto Symphony Orchestra. On l’y l’invite de nouveau au cours de la même saison à titre de clarinette solo invité, devenant le plus jeune chef de section engagé par ce grand orchestre.

Dominic remporte de nombreux concours et prix, tels que Jeunes Artistes de Radio-Canada, les concours solistes de l’Orchestre de la Francophonie, de l’Orchestre de Université de Montréal et de la Sinfonia Lanaudière, et même dans le monde du jazz où il remporte le Stingray Rising Star Award au Halifax Jazz Festival avec son sextuor, The New Bridge.


De plus, c’est ici dans la ville de Sherbrooke qu’il remporte des concours qui lui sont chers: ses tous premiers prix dans des concours (musique de chambre et soliste) sont remportés au Festival des Harmonies du Québec en 1999 et 2001, puis lors de la 33e édition du prestigieux Tremplin International du Concours de Musique du Canada, se déroulant en 2010 à Sherbrooke, où il devient le premier clarinettiste à se mériter un prix en plus de 30 ans.

Dominic Desautels joue sur des clarinettes Schwenk & Seggelke, et est Artiste commandité par la compagnie d’anches Légère, fabriquées au Canada.